Le cadre d’intervention d’un maître D, son rôle, ses missions.

En tant que maître D, mon action au sein de la classe s’inscrit dans le respect des programmes, du socle commun de compétences, du projet d’école :

« L’école républicaine [doit] offrir à tous les enfants des chances égales de réussite et préparer, pour tous, une intégration réussie dans la société[1].

Ceci est réitéré dans la circulaire de rentrée de 2017.

Je suis une « spécialiste de l’enseignement aux élèves handicapés, [ma] première mission est, dans le cadre horaire afférent à [mon] statut, de proposer aux élèves handicapés les situations d’apprentissage qui répondent à leurs besoins. Tous les élèves de l’ULIS ÉCOLE reçoivent un enseignement adapté de [ma] part.[2]»

Pour cela j’effectue une analyse des besoins et élabore un projet pédagogique individuel.

« L’analyse des besoins de l’élève handicapé est déterminante pour amorcer dans les meilleures conditions une scolarité. L’école, la famille, l’enseignante référent doivent agir en partenariat. La bonne marche des opérations est d’autant plus indispensable qu’elle s’inscrit dans la durée.[3] » Ceci sous-entend que le travail proposé est individualisé mais avec un souci de créer une dynamique de classe puisque l’ULIS ÉCOLE est également à considérer comme une classe à part entière dans le groupe scolaire et doit participer aux actions menées par l’établissement dont elle dépend.

Chaque élève est pris en charge par différents partenaires. Pour ma part, « le partenariat peut se définir comme une démarche stratégique qui vise à se donner à plusieurs les moyens de réussir une action, de mener à bien un projet, d’atteindre un objectif, un but. Ceci n’est possible que par la mise en commun des compétences des partenaires, plutôt que par la compétition, l’adversité. »[4] En tant que maître D, je dois créer des liens entre les différents partenaires pour conduire l’élève à la réussite.

L’ULIS ÉCOLE est une « classe d’inclusion scolaire ». A ce titre, je dois organiser les inclusions de chacun des élèves de l’ULIS ÉCOLE dans des classes ordinaires et travailler en lien avec l’enseignante de cette classe. Je dois veiller à ce que chacun des élèves suivent les objectifs d’apprentissages qui auront été définis au préalable avec mon pair de classe ordinaire.

Je définirai ainsi ma fonction :

Je recherche pour chacun des élèves les conditions optimales d’accès aux apprentissages scolaires et sociaux.

J’assure une mission de prévention et d’inclusion, pour favoriser les apprentissages et l’adaptation scolaire ; pour promouvoir l’inclusion scolaire et l’insertion sociale et professionnel.

  • J’apporte mon concours à l’analyse et au traitement des situations scolaires qui peuvent faire obstacle au bon déroulement des apprentissages,
  • Je contribue à l’identification des besoins éducatifs particuliers, au plan cognitif, moteur, relationnel et les stratégies d’apprentissages en recherchant les représentations initiales des élèves, repérant les obstacle que l’élève rencontre, analysant les difficultés d’apprentissage ou de fonctionnement intellectuel, évaluant les objectifs atteints et l’efficacité des stratégies pédagogiques utilisées.
  • Je conçois, mets en œuvre et évalue le PPI ( Projet personnel individualisé) de l’élève
  • Favorise et contribue à la mise en œuvre d’actions pédagogiques différenciées et adaptées. (création d’outils, s’initier aux différentes pratiques pédagogiques visant à la remédiation cognitive).
  • Je suis également une personne ressource pour aider un pair dans la compréhension d’une démarche d’un de ses élèves.

Ma mission est infléchie différemment selon mon champ d’exercice professionnel, je travaille au sein d’équipes pluricatégorielles, dans des contextes professionnels et institutionnels variés.

Le référentiel du maitre D, son rôle et ses missions.

Le référentiel du maitre D en 2017, d’après Bénédicte Dubois, IFP Nord Pas de Calais

Rôle et missions d’un maitre D, de Dominique Maire, IEN ASH, 2009.

[1] Bulletin officiel hors-série n° 3 du 19 juin 2008, page 10.

[2] Circulaire n° 2009-087 du 17 juillet 2009 consacrée aux CLIS

[3] La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

[4]  Alain Brun et Jacqueline Liègeois, 1999, revue de l’ARECE.

Comment élaborer un projet individualisé?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.